les Petits Bateaux Ligériens

les Petits Bateaux Ligériens

LA PAGE DES MAQUETTISTES


Des plans pour des maquettes

                          Plans de bateaux du bassin de la Loire

                  du XVIIIe au début du XXe siècle

 

 Bonjour à vous,

     Il m'est demandé ou il est possible de se procurer des plans de bateaux fluviaux et en particulier du bassin de la Loire.

Il n'existe pas à ma connaissance de publications récentes.

    Je mets donc à votre disposition le résultat d’une grande partie de mes travaux.

    Cordialement vôtre,

Alain Fourreau

 

Description de l’ouvrage:

    Reliure dos carré collé, couverture 250 gr ivoire,  impression laser sur papier semi-couché 120gr, format 21 x 29.5 cm  avec six planches 29.5x41cm. Conventionnellement 135 pages

 

Son contenu :

    Cet ouvrage est conçu pour qu’on puisse y trouver des modèles possibles de bateaux de l’ensemble du bassin de la Loire, du XVIIIe au début du XXe siècle, jusqu’à l’arrivée de la motorisation et qui vont du plus petit au plus grand connu. On y trouve des unités autant de la haute que de la basse Loire, voir affluents ou canaux.

    Ainsi, il regroupe 25 plans représentant 22 bateaux différents, dont cinq grands bateaux généralement dit chalands, accompagnés de leur histoire ou de leurs fonctions. La conception du bateau ligérien est aussi développée pour une meilleure compréhension. Deux lexiques distincts y sont joints.

    Tous les plans de bateaux publiés sont de plus, vérifiés à travers la réalisation de la maquette correspondante. Cela permet de détecter et de corriger, si besoin en était,  les moindres erreurs qui auraient pu exister.

 

P1250942 - Compr.JPG

 

Pour plus d'informations, me contacter à:

petitsbateauxligeriens@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 


26/10/2016
0 Poster un commentaire

REPRODUCTIONS Mises en situation

 

DIORAMAS

 

Histoire de reconstituer l’ambiance des principaux travailleurs sur l’eau.

Mises en situation  des milieux professionnels ayant existés.

 

Mqt situation BAC - Compr Transp.png

  Le passeur, ici un petit passe cheval comme celui de Fillé sur Sarthe début XXe et un grand

futreau du XIXe.

 

 

Mqt situation PÊCHE - Compr Transp.JPG

 

Pêche au filet barrage en Anjou.

 

 

Mqt situation SABLE - Compr Transp.png

 

"Tireux d'jard", sablier ou pêcheur de sable dans le pays nantais.

 

 

Mqt Grd Lieu B - Compr Transp.png

     La situation géographique d'un site trop méconnu, le lac de Grand Lieu dans le Pays de Retz.

On y sait une navigation depuis le 1er siècle et ses pêches seigneuriales du Moyen-âge. On y

voit encore ses magnifiques petites embarcations traditionnelles.


25/04/2016
0 Poster un commentaire

REPRODUCTIONS DE BATEAUX

 

 

Les ouvrages de l'auteur,

la conception des bateaux , le pourquoi, l'histoire.

A voir dans l'article: OUVRAGES Collection: La Loire, des hommes et des bateaux

 

BOOK DOUBLE N°2 Transp  b - Compr.png

 

 

 

 Au service de la découverte de la batellerie. 

 

  76 Compr Sépia  .JPG
 

 

    La spécificité architecturale du bateau ligérien est unique. En effet, le fond  

et les bordées du bateau sont assemblés en même temps que les galbes leur 

en sont donnés. 

.   Après seulement, la structure sera montée avec les membrures qui créeront 

la liaison bord/ fond en assurant un angle aussi constant que précis. Des râbles,  

positionnés en travers du fond viennent renforcer celui-ci. 

 

 

 

   LES  TOUES 

          Une toue pour la plaisance et qui, parfois avec des règles de construction respectées, sera attribuée à des fonctions plus ludiques en tant que toue cabanée de villégiature.  

  La toue, sur la Loire, est le bateau de toutes les servitudes. De taille moyenne, de 10 à 15 mètres de long, 2.50 à 3 mètres de large, elle a la silhouette  de la barque traditionnelle. 

     La toue était d’une construction typique des bateaux de Loire avec  généralement trois planches montées à clin faisant office de bordées, le fond plat et l’avant relevé apportant un confort pour l’embarcation le long des rives. Cela facilitait grandement la montée  des animaux et permettait les chargements et déchargements avec aisance. 

   La toue, due à ses dimensions et son minimum de confort se prêtait à tous les services artisanaux opérant sur le fleuve et ses rivières. 

 

 

 
CABANE 

     En Haute Loire, au XVIIIe siècle on parlait de cabane pour les  toues destinées au  transport de personnes. 

 

 

 

TOUE  DE  PÊCHE                            

 

Bt RV Toue de pêche de basse Loire.JPG


 

 

 

    Quelques toues : la toue cabanée du pêcheur, la toue sablière, la toue bétaillère et, en Loire supérieure surtout, la toue vivier ou bascule qui servait à transporter le poisson vivant. Aujourd’hui la toue fait office de camouflage  pour les chasseurs au gibier d’eau. 

 

  TOUE SABLIERE       

 Bt Sablière angevine.JPG

 

   Ce bateau de facture ligérienne par excellence est composé au niveau du bordage de deux ou trois planches de chêne positionné à clin. Cela, suivant l’importance du bateau. 

   On y trouvait à l’arrière une cabane qui prenait toute la largeur du bateau. Au-dessus passait la barre d’un gouvernail axial et plus anciennement la bille d’une piautre et son aiguille. Un système de gouverne archaïque, mais fort efficace dans la mesure où il ne pénétrait pas profondément dans l’eau. 

   Un sentineau faisait partie de l’équipement. Le sable gorgé d’eau s’écoulait dans le bateau. Il fallait donc écoper avec une pelle à eau. Ce sentineau placé le plus souvent à l’arrière, devant la cabane, était dépourvu de plancher. Cela permettait de récupérer l’eau directement au fond. 

   La toue sablière possédait très rarement un mat et s’il devait exister il restait de petites hauteurs. Il restait un handicap pour le chargement. Eventuellement on pouvait trouver un tape nez. Petit mat ou mâtereau placé à l’avant du bateau et sur le côté. 

   En ce qui concerne l’extraction su sable, le sablier était monté sur le plat bord. Longue planche horizontale posée à plat sur le bord du bateau et sur toute la longueur. 

   L’extraction se faisait à l’aide d’un godet métallique percé de nombreux trous et fixé au bout d’un long manche de châtaigner. La technique était simple, mais fort pénible. Il fallait placer le godet devant et au plus loin au fond de la rivière. L’extrémité du manche appuyé sur l’épaule protégé par un cuir. En forçant sur le manche tout en tirant, la pénétration du godet se faisait dans le sable. Arrivée à l’aplomb  du bateau, il fallait remonter le tout à la verticale.  Le plus dur étant de ressortir le godet plein hors de l’eau, trente à quarante kilos à chaque fois. 

   Il fallait maintenant assurer le chargement et avec des règles à respecter. Or il fallait charger sur le côté et arrière du bateau. Cela permettait de faire gîter le bateau et en diminuer la hauteur et ainsi limitant l’effort de chargement. Aussi écoulement dans le sentineau se faisait plus aisément.   

   Le sablier travaillait généralement par équipe de deux. Chacun pouvant remonter huit à dix tonnes par jour qu’il fallait bien sûr décharger à la brouette et tamiser. 

TOUE BETAILLERE    

 

 

TOUE BASCULE      TBt OUE BASCULE 2.jpg

       Bateau en parti cloisonné, formant des compartiments. Les côtés du bateau sont percés au niveau des caissons ou huchets pour ainsi avoir un renouvellement d’eau permanent. Le stockage et la conservation d’importantes quantités de poissons pouvaient être transportés vivants 

                                                               

 

   TOUE DE St JEAN 

Bt TOUE DE St JEAN 1 Compr.jpg

 

 

   On pouvait trouver déjà dans l’estuaire le premier bateau plat traditionnel de Loire, la toue de St Jean (de Boiseau) outil agricole indispensable dans cette région et qui assurait toutes les fonctions à elle toute seul 

 

 

LES BATEAUX DE PASSAGE. 

 

     Au moyen-âge, le pont était quasi inexistant. A cette époque un pont était en bois. Une débâcle, sans compter les conflits  apportaient vite la dégradation de celui-ci. Une reconstruction de ce genre d’ouvrage demandait généralement plusieurs décennies.  Seul, des passages à gué permettaient de franchir une frontière naturelle  qu’était un fleuve. Dès lors que les eaux étaient hautes, chaque rive n’avait plus les moyens de communiquer. 

   Les bateaux de passage ou de liaison avaient donc une fonction de service public. 

 

 

   CHARRIERE    Bt CHARRIERE -Transp 2.png

 

   La charrière est identique au bac à ceci près que sur la partie arrière y est installée une cabane. Sa propulsion peut différer dans la mesure où elle possède un mât. Les fonctions sont aussi identiques. 

. Les modes de déplacement sont multiples. Les manœuvres à la bourde restent de mise. Se servir du vent apporte une aide non négligeable.   Pour éviter les dérives dues aux courants latéraux le bateau était assuré par un filin avec poulie à une traille.    

   Il peut transporter de très lourdes charges. Des bovins ou des charrettes chargées et leurs chevaux représentent des masses à déplacer importantes.   

      L'association "les Bateliers du Cher" à Savonnières (37) possède ce bateau grandeur nature.                                        http://bateliers-du-cher.net/
 

 

 

 

 

BAC         Bt BAC Trans Compr+.gif


Réalisation en partant de documents d’époque très précis se trouvant aux AD d’Indre et Loire. 

 

 

   Au XVe siècle il n’y avait guère plus de dix ponts entre Roanne et Nantes. La ou régnaient les grandes seigneuries et où les péages étaient implantés. 

   A cette époque les bacs étaient de rigueur. On les retrouvait au XXe siècle lorsque les ponts étaient détruits lors de guerres. Actuellement ont en revoit mais de taille modeste et qui assure des liaisons de chemins de randonnées. 

   Avec poupe et proue identiques ou bac amphidrôme était d’une extrême robustesse. Sa particularité était le chargement et déchargement par les deux bouts. La hauteur des levées était très faible, 10 à 15cm au dessus de l’eau à l’endroit des poutres situées aux extrémités.  

    La vocation de ce bateau, le transport d’animaux et de véhicules agricoles attelés. Les charges y étaient donc très importantes et les sabots des animaux, parfois ferrés ne permettaient aucune négligence de la part du charpentier. 

    Un bac pouvait avoir une longueur qui allait de 12 à 16 mètres et jusqu’à 18 mètres. Sa largeur variait de 3 à 5 m .          http://projetbabel.org/fluvial/bac.htm    
 

 

           PASSE CHEVAL    Bt PASSE CHEVAL - Compr.JPG

                       

 

    Les descriptifs que l’on peut  trouver aux Archives Départementales de Tours sur ce type de bateau et sur les bacs en général sont très intéressants. 

    Le charonneau ou passe cheval tout comme les autres bateaux de passage était propriété gouvernementale. Son nom dit tout de sa fonction Il était utilisé en particulier pour le passage des coursiers et sa conception était très étudiée pour cela. 

   On trouvait aussi ce type de bateau sur les affluents de la  Loire comme le Cher. 

    La coque de ce bateau était faite par montage à clins, l’étanchéité avec de la mousse végétale. L’ensemble était maintenu à la structure à l’aide de chevilles de bois. 

 

    Ce bateau existe grandeur nature à l'association: les Gens d'Louère.
                          http://passecheval.blogspot.fr/
 

 

 

 

 

FUTREAUFUSTREAU XVIIIe Transparent .gif



Réalisation grâce à une documentation privée traitant de relevés d’une  pave d’un bateau d’époque. 

 

.   Celui-ci, que l’on voit toujours amarré le long de nos rives de Loire et de ses affluents est un bateau parfaitement autonome. Conçu avec une levée à chaque extrémité, il devient confortable pour les embarquements tout en limitant les manœuvres. 

   Il avait cette particularité de s’adapter à tous les besoins. Ses dimensions, de 6 à 10m le rendait apte autant pour le transport des personnes, des animaux, du foin. Muni d’un mât, il pouvait avoir une propulsion vélique, être manœuvré à la bourde et ainsi recevoir un carrelet pour la pêche.  Au même titre que la goume, il était aussi le bateau annexe de la toue de pêche. 

 

 

 

 LES CHALANDS.
 

    Le plus grand et le plus majestueux des bateaux de Loire fut incontestablement le chaland. On retrouve ses traces au moyen âge lorsqu’on constata des similitudes avec les bateaux  nordiques des envahisseurs. 

   Au XVII et XVIIIe siècle, les chalands, ne cessaient d’évoluer selon les besoins, adaptation à un type de transport, à une zone géographique définie. 

 

   Leurs dimensions ont variées au fil des temps et des besoins, de 15 à 30m . Elles se sont plus tard standardisées lorsqu’elles devaient répondre à des marchés régionaux, bassin de la Maine ou Bretagne via les canaux et les écluses qui ne dépassaient pas les 27m  

 

     

 

  GRAND CHALAND 

CHALAND Compr.JPG

 

Maquettes réalisées d’après des plans de François Baudouin.  

 

CHALAND MODERNE Compr.JPG

 

  CHALAND MODERNE

 

 

 

 

PILLARD Grande toue  XVIIIe

 

 

 Réalisé après relevés d'un bateau à l'échelle 1 fabriqué à l'atelier G.Brémard en partant des travaux de recherches de F. Ayrault. 

 

 

            PETIT CHALAND   

 

 

 

 

 CHALAND DE BASSE LOIRE ET GABAREAUX ou GABAROTS 

 

 

  

 BATEAU DU PAYS NANTAIS

 

  CHALAND DE BASSE LOIRE  Habitat 

 

   Le bateau nantais est le résultat d’une évolution logique du chaland de Loire.  Sa particularité architecturale est due à une adaptation d’une économie de la basse Loire. 

   Fabriqué dans un premier temps aux chantiers de Juvardeil sur la Sarthe, il fut repris par ceux de Montjean. La proximité des forêts imposant ce déplacement. 

   La grande évolution sur ce bateau est le remplacement de la levée avant du chaland classique par une étrave. Les bordées restent verticales et cintrées jusqu’à la pièce d’étrave. Cela permettait un gain de volume important. Le tableau arrière disparaît pour y retrouver le même aspect qu’à l’avant. La piautre, gouvernail ancestral n’existe plus étant remplacé par le gouvernail axial.  Des treuils mécaniques  avec démultiplication des forces de traction ont remplacé le guinda et en même temps un équipage onéreux. 

   De ce fait, le métier de batelier devenait artisanal et familial. Etant équipé d’un habitat doté d’un minimum de confort, l’ensemble de la famille s’y retrouve. 

   Les dimensions de ce bâtiment sont  constantes. 26m de long pour 4m de large. Celles-ci sont imposées par les écluses du canal de Nantes à Brest qui n’excède pas 27m. 

   Le marché pour ce bateau était essentiellement le transport de la chaux venant surtout de Montjean pour être livrée en Bretagne pour assainir les terres agricoles. 

 http://projetbabel.org/fluvial/gabarot_mayenne.htm    , un incontournable. 

 

 

GABAROT Sablier

      

 

 

   Ce bateau est le jumeau du bateau nantais à ceci près qu’il conservera son tableau arrière  comme il en était de son ancêtre la gabare. 

   Ses origines et  caractéristiques resteront les mêmes.  Il servira le même marché via le même canal. 

   D’autres variantes existeront, et cela pour servir une économie locale. Sa forme sera adaptée aux services ainsi que ses dimensions.  Ce bateau évoluera  sur le bassin de la Maine et essentiellement pour le transport du sable ou gravier. 

   Il pourra  avoir une longueur de 16m avec une largeur variable. Les bords seront de faibles hauteurs pour faciliter  l’extraction du sable. 

   La cabane qui également prend toute la partie arrière  n’a plus fonction d’habitat à temps plein, mais surtout de lieu de servitudes. 

 

 

 

 

LES PETITES UNITES 

 

 


 FUTREAU                                          
 

 

LES PETITES UNITES, inférieures à 10m. 

   Si cela n’est pas systématique, à cette époque, elles ont fréquemment une fonction d’annexe d’un bateau de travail. Chalands ou toues équipées pour un métier donné. 

   Une exception cependant : 

Le futreau 

   surtout lorsqu’il atteint, mais rarement les 10m est un élément indépendant. Sa particularité, être relevé des deux extrémités. En basse Loire, équipé d’un mat, il supportera  un carrelet et dans ce cas peut être équipé d’une cabane, protégeant ainsi un pêcheur assis. 

    De grandes dimensions, Il est assez  robuste pour transporter un cheval, ou des quantités importantes de foin voir de bois. IL servira aussi d’unité pour le transport de personnes d’une rive à une autre. 

             

 

                                                           BACHOT 

  

 

LA GOUME  

   Nom donné à cette barque en centre Loire 

   En d’autres lieux de cette même Loire on emploiera le terme de côme, de bassouille ou autres. 

   Elle sera l’annexe d’une toue de pêche, permettant d’aller relever les engins ou transporter le produit de la pêche du jour jusqu'à la bascule, bateau vivier qui permet de stocker le poisson vivant. 

   Cette goume est équipée d’un coffre percé sur les côtés. Il y aura donc de l’eau dedans  pour y conserver pour un temps relativement court le poisson. 

 

 

 BATELET de tête 

  

    Ce bateau n’a pas pour vocation en soi de naviguer, il lui est surtout demandé de flotter. 

 

   Sa fonction est de maintenir hors de l’eau un câble de bac ou charrière. En effet, généralement, un bateau de passage pour animaux allant d’une rive à une autre est relié à un câble appelé traille. Cette traille aérienne fixée sur chaque rive à pour inconvénient majeur de perturber la navigation. 

 

   On trouvait sur des affluents de Loire comme le Cher ou la Vienne un autre système fort ingénieux dénommé, système pendulaire. 

 

   Ce principe consistait à positionner dans le milieu et dans le sens de la rivière un long câble retenu en amont par ce batelet lui-même  retenu par une forte ancre  bien enfoncée dans le milieu du lit. Ce long câble devait être aérien  pour ne pas être freiné par la masse d’eau lorsqu’il se déplaçait latéralement. Donc, c’était un ensemble de batelets plus petits que le batelet de tête qui maintenait ce câble hors de l’eau cela à l’aide d’un petit mat d’une hauteur de 1.50m. Le tout était composé généralement de cinq petits bateaux. 

 

   Ce batelet de tête était équipé d’un treuil afin de régler avec précision la longueur du câble. 

 

   A l’autre extrémité y était amarré un bac dit amphidrôme ou symétrique ce qui permettait d’entrer par un bout et sortir par l’autre. Fort pratique pour un chariot attelé. 

 

    Ce bac était relié au câble par deux cordes fixées chacune à une extrémité. L’une étant plus longue que l’autre. Cela faisait que le bateau  n’était pas perpendiculaire au courant, mais présentait un angle très ouvert.  Dû à cet angle, le courant venant frapper le travers du bateau allait faire chasser celui-ci, créant une propulsion dans un sens donné. Pour repartir dans l’autre sens, il fallait inverser l’angle en raccourcissant l’amarre la plus longue et rallongeant la plus courte. Ainsi, l’effet pendulaire était créé. 

   

                     

 

 

GALIOTE VALLEROTTE.   

  

Définition du Glossaire des Patois et Parlers dʼAnjou 

 Galiote à deux levées, substituée 

au fûtreau pour la petite pêche. 

Longueur, 18 P. (6 m.). — Largeur 

au fond, 40 pouces. 

hauteur sur fond, 18 p. 

On la fait plus petite pour étangs et fossés. 

 

 Longueur : 3.60m,  largeur :1.15 / 0.95m, hauteur : 0.37m. 

   Bateau  de la rivière Authion, un  affluent de la Loire dont le confluent se situe aux Ponts-de-Cé. 

   On trouvait cette galiote dans sa basse vallée là où les crues étaient les plus importantes du fait que cette zone est d’un niveau fort bas. Ces eaux venaient s’accumuler dans cette partie inondant  l’ensemble des champs. 

   Ces crues étaient dues essentiellement aux débordements de l’Authion même si celles-ci étaient à proximité de la Loire.  Cela surtout avant que l’Authion  soit canalisée avec  un barrage régulateur aux Ponts-de-Cé. 

   Le propre de cette galiote était d’évoluer sur des terrains envahis par les eaux, et parfois sur des fonds aussi boueux que peu  profonds. 

   Chaque ferme possédait son propre bateau dans la mesure où les problèmes se présentaient tous en même temps. 

    Certains Vallerots , habitants de la vallée, plutôt braves, se servaient de ces bateaux pour la chasse aux canards sur la Loire. 

Un exemplaire est visible à la  Maison de Loire de  l’Anjou 

                                          http://www.maisondeloire-anjou.fr/
 
                      

 

   GALIOTTE SARTHOISE  

 

    Son mode de déplacement pouvait être des plus classiques, à la rame ou à la bourde  (longue perche ferrée), mais d’une manière aussi très particulière. Avec une technique très proche de celle d’un gondolier, cette barque sera mue à l’aide d’un gournas, longue pagaie positionnée sur un support placé sur le côté du bateau. La personne fera face au sens de la marche. 

 

   Cette galiote pourra être une précieuse annexe pour un gabarot sablier. Positionné en parallèle du grand bateau et un peu à l’écart, il sera maintenu stable par deux perches reliant la galiote au gabarot. 

   Un des hommes sera positionné sur cette annexe, équipé d’une drague, grand godet métallique fixé au bout d’un long manche. Celui-ci appuiera le godet sur le fond de la rivière. L’opération se passe entre les deux bateaux.  Ce godet sera  relié par un câble à un treuil placé sur le pont du gabarot. Un équipier à la manœuvre du treuil tirera le godet dans le fond de la rivière pendant que l’autre pousse le manche pour créer un enfoncement.  Ce godet se remplira de sable. La manœuvre sera continuée alors que la personne dans la galiote maintiendra le manche et ainsi le godet sera remonté jusqu’à la hauteur du treuil. A partir de cet instant, il suffit de pousser sur le manche pour que le godet plein de sable arrive au milieu de la largeur du bateau. A ce moment-là, il sera toujours suspendu par son câble. La dernière opération consistera à faire faire une rotation d’un demi-tour au manche, le godet se videra dans le bateau. 

 

 

 

 

BATEAU DEVASEUR 

   

    Les deux rives de l’estuaire de la Loire sont constituées de zones marécageuses asséchées par des rivières appelées étiers. 

   Ces rivières naturelles par lesquelles s’assainiront ces zones humides  s’envasent régulièrement. Cela est dû aux flux des marées les courants naturels ne suffisent pas à dégager cette vase.  Ces étiers servent aussi de voies de circulation pour des bateaux à font plats du type toue de St Jean. 

   Pour assurer un bon écoulement, un curage est nécessaire. Pour cela un système fut mis au point et installé sur un bateau à fond plat. 

   Ce bateau fut nommé bateau dévaseur ou drague à effet d’eau. Sa particularité est d’être équipé à l’avant d’un panneau mobile appelé bouclier. 

   Le principe de fonctionnement est relativement simple. Profitant de la marée montante le bateau sera remonté au plus haut de l’étier à nettoyer. A ce moment-là,  l’éclusier abaissera le bouclier et ouvrira les panneaux latéraux jusqu’aux berges. Cet ensemble étant préformé, il épousera le profil de l’étier et sera donc suffisamment étanche pour ne pas laisser passer l’eau. 

    Par l’effet de marée, l’étier se videra de son eau dégageant l’avant du bateau. Par l’arrière de celui-ci,  l’écoulement venant des marais se fait toujours. L’eau reste prisonnière derrière le bouclier. Une pression s’exercera sur celui-ci et poussera l’ensemble. Par cet effet la vase sera poussée vers l’estuaire. 

   Sur des embarcations plus importantes, un système de frein sera installé à l’arrière.  Cela se présente sous forme  d’arbre au bout duquel est fixé un gros crochet ou malet. Celui-ci raclera le fond de la rivière. 

   En synchronisant la hauteur du bouclier et celui du malet, l’éclusier pourra  ainsi réguler la vitesse de la manœuvre. 

   L’ensemble de l’opération se faisait donc sur le flux et le reflux d’une marée. 

 

 

 

 

BATEAUX TRADITIONNELS DE LOISIRS 

 

HUTTE de chasse

Aussi appelée "canardière".

HUTTE DE CHASSE  - Transp Compr.png

     Aussi  fabuleux  que  surprenant, ce bateau existe toujours dans le Saumurois angevin. Cela a permis aisément d’en faire une réplique précise.

       Ce bateau d’un certain confort possède  aussi une parfaite tenue de camouflage. 

     HUTTE DE CHASSE Compr Ptransp.png         Bt BARQUE DE HUTTE DE CHASSE Trans Compr.gif

    Ses deux ailerons ouverts à l’arrière servent  de        Barque de chasse 

camouflage  pour les deux barques annexes, autant

utiles  pour aller positionner la hutte au large en

période de chasse  que pour rejoindre la rive ou

aller chercher le gibier tombé à l’eau. 

 

 

 


Barques de joute roannaises et barque de  sauvetage.

 

    En 1887, une société de joute est créée à Roanne. Une deuxième société est créée en 1910. Ces deux clubs fusionneront en 1937 pour donner l’actuelle Société de natation et de joutes de Roanne.

   Cette forte tradition de Haute-Loire serait née au XIXe siècle  sur le Rhône et la Saône. Des mariniers  se regroupaient pour porter secours aux riverains lors des importantes crues.

    En 1536, un spectacle de joute est donné par les mariniers à Saint-Just Saint-Rambert.

Ces reproductions représentent les barques telles qu’elles existaient il y a un siècle, la barque de sauvetage est aujourd’hui toujours d’actualité.

 

 

 

LE SCUTE

 

    Ce type de bateau exista après le moyen-âge certainement pendant plusieurs siècles. Si sa conception ici est adaptée au fleuve Liger, on retrouve son architecture des pays du nord jusqu’au Portugal en passant par la Seine.  Sa vocation n’était aucunement le transport de marchandises sur longues distances mais un véhicule pour travaux locaux dans les seigneuries.

 

SCUTE Compt Transp.gif

 

     Suite à un travail majeur de François Beaudouin archéologue, une

réalisation approfondie a été réalisée.

     Des épaves ont été découvertes à Montjean s/L  aux étiages de

1991 et 93. Une reconstitution grandeur nature existe à Savonnières

 sur le Cher.

Association "Les bateliers du Cher"

 

                                       BATEAU SABLIER de Haute Loire

     Entre  St Rambert et Andrézieux, de 1897 à 1931, les bateaux sabliers mesuraient environ 11m de long par 1.80m de large. Ils étaient équipés de  deux caissons cubiques de 1m de côté dans lesquels  était stocké le sable.  L’avantage était grand pour le déchargement. Ces caissons étaient grutés et vidés directement dans une trémie. Un chariot attelé, ensuite un véhicule automobile, passait dessous pour y être chargé. En fait, ces bateaux faisaient la navette entre la drague à godets positionnée au milieu du fleuve et la rive.

    L’extraction du sable, plus exactement gros gravier s’arrêta à St Rambert en 1954.

    Ces bateaux pouvaient faire 12 à 13m de long à St Rambert et avoir trois voire quatre caissons.

Les premiers de ces  bateaux étaient faits de membrures dites   " monoxyles".

   De Roanne à St Rambert on retrouvait ce type de bateau avec des variantes quant aux dimensions.  Ainsi, à Roanne ils étaient plus grands et n’étaient pas équipés de caissons.  Le sable était en vrac dans le bateau et déchargé à l’aide de pelles et brouettes.

   Ce même type de bateau était employé pour diverses fonctions. Vu son architecture et sa forme amphydrome, on le retrouvait en tant que bac. Sa particularité était sa largeur sur le fond identique au milieu et aux extrémités.                                                                                            

CPA Perso ANDREZIEUX  Compr   .JPG  BATEAU SABLIER Compr .jpg

 

 

 SAPINE ou RAMBERTE

    Bt Ramberte transp Compr.png

    La sapine ou ramberte est un bateau conçu avec les techniques ancestrales des constructeurs ligériens dans les hauteurs du Massif Central au début du XVIIIe siècle. Les hauts lieux de construction sont, en Haute Loire, St Rambert proche de St Etienne et Brassac et plus exactement Jumeaux en Auvergne sur l’Allier. En ces deux lieux, ils avaient la même configuration.

GéO Lyons St Et  Roanne 3 - Transp.JPG

 

    Leurs dimensions moyennes étaient pour la longueur, 28 mètres, 4 mètres pour la largeur avec une hauteur de bords de 1.50 mètre.

     Leur vocation première était le transport de charbon qui venait du bassin minier stéphanois ou de la région de Brassac.

     Sur la Loire, le voyage était périlleux dans les gorges accidentées de la Loire haute entre St Rambert et Roanne. Après Roanne, les eaux sont plus calmes et plus profondes. On augmentait les charges, vidant un bateau dans deux autres. Le bateau se retrouvant vide pouvait repartir chargé de barriques de vin.

    A Briare, une bonne partie de ces bateaux empruntait le canal pour aller alimenter la ville de Paris, les autres continuaient leur voyage vers Orléans jusqu’à Nantes.  Sur leur route, ils desservaient les grandes villes comme Tours ou Blois.

    Ces bateaux de fabrication précaire, étaient voués à un voyage unique dans le sens avalant. Ils étaient démantelés pour faire du bois de chauffage ou de construction. Ceux conservés en bon état repartaient vers l’amont, à la remorque de grands chalands qui savaient remonter le courant à la voile, aidés par les vents dominants d’ouest.

     La concurrence du charbon anglais et du chemin de fer anéantit cette batellerie dans la deuxième partie du XIXe siècle.

 

 

 

LE CHALAND  BERRICHON 

 

Etoile Aramis Réalisation A Fourreau - Transp - Compr.png

Le bateau :            

    Il est l’évolution logique du "Bé de canne" lui-même étant un chaland de Loire adapté au format du canal. Ensuite, il sera métallique et motorisé.

    Les principaux chantiers de construction étaient  à : Vierzon, Montluçon, Dun-sur-Auron.

 

Le bateau  "Etoile Aramis"se distingue de ses homologues en ayant une écurie plus vers l’avant.

 

Période : fin XIXe, début XXe siècle

 

Les principaux  secteurs industriels :

Métallurgie, verreries, tuileries, céramiques, forges, charbon, pierres à chaux, ciments, minerais, pierres, bois de mine et de chauffe, etc.

 

Le canal de Berry : Dimensions réduites, largeur d’écluses : 2.70m

Commencé en1809. Mis en service en1841. Déclassé en 1955

Il est composé de trois branches. Il rejoint la Loire à Tours par le Cher canalisé et le canal latéral à la Loire à Marseille-les-Aubigny  porte ouverte à l’ensemble du réseau français.

 

 LE BATEAU ZOOLIQUE

 

     Le début du XIXe siècle marque le tournant d’une économie, l’industrie prend le pas sur le savoir ancestral, les ingénieurs innovent. Le transport par voie d’eau profitera de cette avancée. À bord du bateau, la machine va suppléer la voile, c’est le bateau à vapeur avec ses roues à aubes

    Dans cette courte période de transition entre la voile et la machine à vapeur, un industriel nantais s’évertue à rendre compétitif  un autre moyen de propulsion dans la navigation en utilisant des chevaux,  l’énergie hippomobile.

     En 1821, P-A Guilbaud, dans un brevet daté du 2 novembre s’obstine à utiliser la force des animaux de trait par un système qu’il adapte à un bateau qu’il nomme « zoolique ».

    L’objectif est de supplanter économiquement les bateaux à vapeur, grands consommateurs de charbon.

    Dans son brevet,  P-A Guilbaud décrit les trois types de bateaux pouvant recevoir son mécanisme.

Un bateau zoolique-poste, pour le transport des voyageurs sur l’Erdre..

Un bateau remorqueur muni de deux paires de roues sur la Loire.

 Un bateau-poste  pouvant servir de transport de voyageurs et de marchandises dans l’estuaire.

 

Mqt ZOOLIOQUE  - Compr.JPG   Btx zoolique la machine - Compr.JPG  1 Aa Remorqueur ZOOLIQUE - Compr.JPG
  Reconstitution d'un bateau zoolique à                   La machine          Dessin d'un remorqueur d'après descriptif 

partird'un plan de l'industriel Guilbeau                                               de l'époque 



 Et bien d'autres

 

N et Blc PBL pluriel - 2 - Compr.JPG
 


 

 


01/09/2011
0 Poster un commentaire

Réalisations de maquettes


Les ouvrages de l'auteur,

la conception des bateaux, le pourquoi, l'histoire.

Voir l'article:  OUVRAGES Collection: La Loire, des hommes et des bateaux

 

                                                       BOOK Double  Transp - Compr.png

 

 

 

 REALISATIONS DE MAQUETTES AU 40e

 

     Les reconstitutions de bateaux,  à vocation culturelle, sont réalisées avec la rigueur nécessaire qu’impose un tel projet : la fidélité de la reproduction des originaux nécessitant une grande discipline.

    L’objectif : reconstituer aussi fidèlement que possible ce que fut la flotte ligérienne à l’âge d’or de son économie. Cela implique :

La recherche des bonnes essences

Le stockage

La réalisation des maquettes avec les mêmes bois que les bateaux de l’époque

La construction d’une coque au 40e, je la fais de la même manière que le faisait le charpentier autrefois. Pas une utopie mais parce que c’est encore le plus simple.

 

   

 

  

 

 

 

    Réalisation des membrures comme à la grande époque. Elles son taillées dans une liaison de bois tronc / branche.

    Ici, liaison petite branche / très petite branche. Dans l'angle de la pièce de bois, le fil tournera naturellement et la résistance  restera  optimum. Même  au  1/40e  cela  fait  une maquette solide.

 

 

 

   S'il  n'y   a que  quelques  quilles  ou axes de guirouets à faire de temps à autre, nul besoin d'investir dans un tour.

    Une  petite  perceuse  qui  tourne  dans  un  sens, un  mini disque  dans  l'autre sens  en guise de ciseau, et du doigté accompagné d'une bonne vue.

 

 

 

 

 

 

 

Pour avoir de vrais cordages avec un vrai bon diamètre à l’échelle, le mieux

 

 

 

 

       est de les faire soi-même. 

 

 

Il faut juste quelques brics et autres brocs dans l'atelier.

 

 

 

 

 

 

NAISSANCE D’UNE PAIMBLOTINE

                                                    La chaloupe de Paimboeuf

 

Réalisation d’un gabarit en 3D.

 

       

 

 

 

Des copies de coupes d’un plan, collées sur un contre-plaqué

de faible épaisseur,

 

 

 

 

 

 

 

 

les monter sur une quille de même facture, et maintenus à la colle

à bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Colle polyuréthane  pour remplir les espaces encore vides ;
  • Enduit reboucheur pour affiner les formes et ponçage approprié.
  • Peinture glycéro diluée pour une meilleure pénétration et  durcissement des fonds.

Ou avec une peinture acrylique, mélanger la première couche à de la colle à bois pour un bon accrochage.

 

 

 

 

           

 

 

Cintrage des couples        et mise en place

 

 

 

     Décoffrage

 

                        

 

                                            

 

 

 

 

 

Mettre quelques virures (bordages)

pour  le maintien des couples.

 

 

Vérification, rectification et doublage des couples.

 

Mise en place des barreaux de pont.

 

 

 

 

UN AUTRE CHANTIER.

                                Le chaland nantais

 

Réalisation.

   Un gabarit en trois D, une aide que je convoite et réalise. Les râbles sont nombreux, la longueur importante avec un vrillage vite arrivé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois le bordage en place l’ensemble sera stable.

 

 

 

 

   Si la régularité n’est pas respectée,

un bordé embarque vite un autre et il

doit y avoir quatre quarts  cintrés et

 bien équilibrés. 

     

           

 

 

Bien sur, il n’y a plus que le reste à faire.

 

 

 

 

et à monter.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 POULIE - Compr Transp.png Rustique,oui mais elle fonctionne. 

 

 

SCUTE Fabrique 6  Compr.JPG

 

 LE "SCUTE"

une réalisation toute chevillée, possible au 1/40e pour une longueur réelle de 16 m.

Possible avec un bois à fibre fine et souple, ici, réalisation en pin sylvestre. 

 

 

la sapine

SAPINE 4 - Compr Transp.png

MAQT PERSO 10 - Compr Transp.png

 

Sap - Copie.JPG       SAPINE 1 compr.JPG
   membrure dite "monoxyle", d'un seul morceau de        120 membrures pour la réalisation d'une 

bois.  Fait la liaison entre fond et bordée du  bateau     sapine et  pas deux pareille.                                               maintenue   par  chevillage.                                               Ici deux lames de scie pour avoir la bonne        

                                                                                        largeur. 

                                                                     

 un plan est publié dans l'ouvrage N°2 

          "Sapines et sapinières"


31/08/2011
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :